Cette page est imprimée depuis le site de Bruno Regnier
http://www.bruno-regnier.com

Bruno Regnier

 
Accueil » Bruno Regnier » Discographie » Sherlock Junior

Sherlock Junior

Dernière modification le
22/04/12 à 16:50

Les musiciens

Alain Vankenhove, trompette
Matthias Mahler, trombone
Jean-Baptiste Réhault, sax alto
Rémi Dumoulin, clarinettes & sax ténor
Olivier Thémines, Vincent Boisseau, clarinettesPochette Sherlock Jr.
Pierre Durand, guitare
Frédéric Chiffoleau, contrebasse
Bruno Regnier, compositions, direction
Sherlock Jr. a été enregistré par Florent Lambert/Tam Tam Audio
en avril 2007 au Théâtre Beaumarchais d'Amboise.


Label Jazz à Tout Va Productions
Distributeur Anticraft
Certains des morceaux ci-dessous sont en écoute.
Pour en profiter pleinement, pensez à interrompre la lecture du player dans la colonne de droite.


XSPFjukebox player: please enable javascript or use embed=`swf`

 

01 Générique   (1'34)
02 Sherlock's Rag  (5'05)
03 Le Cadeau  (2'49)
04 Sheik's March  (7'29)
05 Au-delà de l'écran  (6'42)
06 Le Criminologue vengeur (7'44)
07 A la recherche des perles (6'31)
08 Poursuites - Happy End  (9'08)

Cet enregistrement a été réalisé grâce au soutien de la Région Centre


Revue de presse

Logo Blues Again Blues Again - N°14 Eté 2008

" ...Et là, grosse surprise ! Les pièces sont des suites très finement arrangées pour orchestre à vents. Elles racontent toutes une histoire avec une modernité qui s'allie aux gimmicks jazz de Count Basie et aux accroches  musicales de Lalo Schiffrin. Peu de musiciens parviennent à faire vibrer ce côté moderne avec un tel naturel au jazz d'une autre époque. Tristes, anxieuses ou goguenardes, les mélodies sont signées de main de maître. On se rappelle la magnifique mélodie de " Sheik's March " poursuivie par des intermèdes railleurs pour terminer dans la gravité. Aussi bien inspirée du jazz américain ou européen que de la musique classique, cette musique nous fait naviguer entre swing, improvisations modernes et musiques pour sextet à vent. La musique est de toute beauté, et s'écoute avec ou sans le film. " Jérôme Gransac

Logo ****Jazzman Jazzman -  N° 147 Juin 2008

" ... une musique pleine de contrastes, qui suit le rythme narratif du film et utilise les sonorités de chaque instrument pour créer des climats en adéquation au propos. La réflexion de Buster Keaton sur les vertus du rêve est parfaitement assimilée par Bruno Regnier. La musique swingue naturellement, sans l'aide d'une batterie, car c'est le défilement des formidables images de Keaton qui marque le tempo ! Lionel Eskenazi

" ... la formidable écriture de Bruno Regnier permet aussi à cette musique de vivre isolément, de s'extraire de l'image " vue " pour exciter l'imaginaire, l'image " supposée ". Et le résultat en est alors totalement jubilatoire. Jean-Marc Gelin

logo citizenCitizenJazz-le Mag décembre 2008

" La musique de Bruno Regnier, compositeur-arrangeur-chef d'orchestre, et son Ciné X'tet s'écoute avec attention, sourire aux lèvres et poils dressés sur les bras. Délicate et subtile, façonnée en filigrane, elle surprend à tous les recoins et à chaque écoute. Musique de toutes les couleurs, elle rappelle, par éclairs de génie parfois, celle de Gil Evans, Count Basie et Duke Ellington sur Sherlock Jr et celle de John Barry voire Frank Zappa sur Steamboat Bill Jr, mais révèle également les racines classiques et contemporaines de ce compositeur-arrangeur. Une musique totalement aboutie et maîtrisée. Bruno Regnier est un artiste à connaitre et dont l'œuvre reste à explorer intensément. " Bob Hatteau

Jazz Magazine -  N° 593 Juin 2008

"Bruno Regnier et son octette acoustique offrent une palette multisonore en parfaite résonance avec la gestuelle poétique de Keaton. (...) L'adéquation de l'image et du son s'impose, comme si les bobines avaient attendues plus d'un demi-siècle  une illustration digne de ce nom. Soulignées d'un trait mingusien, certaines séquences sonnent encore plus modernes. Quelques accords bluesy, une ligne aux accents baroques, une valse absorbée précisent la dérision, le tout dans la plus grande sobriété, aux confins de la musique de chambre. Mais ces bandes originales s'écoutent aussi sans les images." Lorraine Soliman